Des héros méconnus de la Première Guerre mondiale (1914-1918)

Par superadmin
Des héros méconnus de la Première Guerre mondiale (1914-1918)
On aperçoit la monture et la plaque commémorative «Here Lies Morning Glory a Powerful Charger Who Served Overseas 1915-1918. Died 1936 Aged 26 Years«

À l’occasion de la journée de l’Armistice et du 100e anniversaire de la Première Guerre mondiale, on se souvient des soldats morts aux champs d’honneur, mais que sait-on de la participation des chevaux qui sont allés à la guerre? On estime qu’au cours de ce conflit, plus de 8 000 000 de chevaux ont été sacrifiés sur les champs de bataille.

Quelque 130 000 chevaux ont été envoyés en Europe par le Canada, mais très peu en sont revenus. La grande majorité est tombée aux combats, certains ont été adoptés par des officiers britanniques, et d’autres ont été vendus à des bouchers français. Rares sont ceux qui en sont revenus, mais l’un de ces survivants, Morning Glory, est inhumé à Bolton-Est.

La monture

Dénommée Morning Glory, la jument était la propriété du Lieutenant-colonel George Harold Baker (Harry) de Cowansville. Membre des forces armées (Réserve), Baker et sa monture s’exerçaient au cours de manœuvres sur des terrains d’expositions et des terrains de jeux dans la région de Sherbrooke.

Morning Glory est expédié en Angleterre avec son maître en juillet 1915 et en France en octobre.

Tôt remarquée par un commandant de bataillon qui en fait sa monture personnelle, elle évite ainsi de subir le même sort que la majorité de ses semblables. Alors qu’il combat en France, Baker la revoit en avril 1916, mais il ne peut la reprendre tant que l’Officier en aura besoin. Il revoit Morning Glory pour la dernière fois le 3 mai, et il manifeste l’espoir de la reprendre bientôt. Mais il sera tué quelques semaines plus tard.

En 1918, le Général Dennis Draper, un ami de Baker qui avait pris sa relève sur le champ de bataille, voit au rapatriement du cheval qui revient dans la région de Sutton. Morning Glory meurt en 1936, à l’âge de 26 ans. Elle est inhumée sur le chemin de la Montée de Baker Pond à Bolton-Est, où la famille Baker possédait une propriété connue sous le nom de Glenmere.. Une plaque commémorative marque l’endroit.

Le cavalier

Le lieutenant-colonel George Harold Baker (Harry) est né à Sweetsburg (Cowansville) en 1877. Issu d’une famille de politiciens et avocat de profession, il est élu député conservateur de Brome à Ottawa en 1911. Descendant de loyalistes établis à Dunham depuis la fin du XVIIIe s. et membre des forces armées depuis 1903, il se porte volontaire pour servir outre-mer. Accompagné de son cheval, il s’embarque pour l’Angleterre en juillet 1915, où il dirige le « 5th Battalion Canadian Mounted Rifles » qu’il a lui-même mis sur pied dans les Cantons-de-l’Est.

Séparé de son cheval, Baker est envoyé en France avec son bataillon. Tué à Ypres, Belgique, le 2 juin 1916, il est inhumé au Poperinghe New Military Cemetery, à Ypres. Une pierre tombale a aussi été érigée au cimetière All Saints Anglican à Dunham QC.

Pour commémorer la mémoire du lieutenant-colonel Baker, seul parlementaire tombé au champ de bataille pendant ce conflit, un monument de bronze a été érigé au Parlement à Ottawa et inauguré par le Gouverneur général en 1924.

Pour en apprendre davantage sur cet intéressant personnage et sa monture, visitez l’exposition à l’hôtel de ville de Bolton-Est du 8 au 11 novembre, entre 10 h et 17 h.

 

Maurice Langlois

Société d’histoire de Magog

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des