Plus de 475 acres protégés au lac Massawippi

Par Dany Jacques
Plus de 475 acres protégés au lac Massawippi
Les nouvelles terres protégées sont situées à Saint-Catherine-de-Hatley.

CONSERVATION. Plus de 475 acres supplémentaires de terrains sont dorénavant protégés à perpétuité au lac Massawippi.

La fiducie de conservation Massawippi a supervisé l’acquisition de deux propriétés pour poursuivre ses efforts visant la protection de la vallée Massawippi.

La plus grande de ces propriétés provient d’un généreux don de la part de George Wardman de Paget Sound aux Bermudes. M. Wardman a donné à la fiducie 50% de sa part de la propriété familiale, depuis trois générations, soit quelque 420 acres. La propriété dont le flanc s’étend jusqu’au sommet et surplombe le lac est dorénavant protégée de tout développement résidentiel.

«J’ai toujours apprécié la beauté naturelle du lac Massawippi, confie M. Wardman. Ce don à la fiducie aidera à conserver cette beauté pour les générations futures et me permettra de commémorer mon grand-père et mon père qui ont acheté et préservé cette terre dans son état naturel».

La deuxième propriété est une parcelle riveraine de 57,5 acres qui a été achetée de la firme Administration, Consultation, Formation ACF inc. Le terrain, situé dans une zone écologiquement fragile sur la rive entre «Blueberry Point» et «Black Point», constitue une parcelle importante des 1 600 acres de terres forestières que l’on retrouve sur la rive ouest du lac. Le développement immobilier possible de cette propriété a motivé la fiducie à travailler avec la Fondation Massawippi pour lever les fonds nécessaires à l’acquisition avant que la construction des maisons ne débute.

Grâce à la générosité des donateurs qui ont contribué entre 50 $ à 350 000 $, la fiducie a pu faire l’acquisition de cette propriété et aucun développement résidentiel ne sera permis. La fiducie continuera de lever des fonds afin de poursuivre ses efforts de conservation incluant la gestion des propriétés.

Ces deux propriétés représentent un grand pas en avant pour la fiducie, selon Margot Heyerhoff, présidente de la Fondation Massawippi. «Cela démontre que la collaboration étroite entre la communauté et les propriétaires peut protéger la beauté naturelle et la diversité écologique d’un paysage qui nous tiennent tant à cœur.»

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des