Les aînés doivent se méfier des clauses abusives

Par Patrick Trudeau
Les aînés doivent se méfier des clauses abusives
Louis Plamondon milite depuis plusieurs années pour les droits des personnes âgées. 

AQDR. Même si la situation semble s’être améliorée au fil des ans, la prudence est toujours de mise pour les personnes qui s’apprêtent à aménager dans une résidence pour aînés.

C’est la mise en garde que sert le président de l’AQDR nationale (Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées), Louis Plamondon, auteur de multiples études sur le sujet.

Juriste et sociologue à la retraite, M. Plamondon a aussi œuvré durant 33 ans au département de gérontologie et de criminologie de l’Université de Montréal.

Invité à rencontrer des membres de l’AQDR Memphrémagog au printemps dernier, il a énuméré les principales règles pour assurer la sécurité des aînés, qu’ils soient encore à domicile ou en résidence privée, en plus de les informer de leurs droits lorsqu’ils signent un bail. «Le problème le plus important dans les résidences pour aînés est le nombre important de clauses abusives. Certaines personnes ont dû payer des dépôts de sécurité de toutes sortes alors que le seul dépôt qui devrait être exigé est celui du premier mois de loyer», tient-il à clarifier.

«On a aussi vu des clauses qui donnaient au propriétaire un droit d’intrusion dans le logement en tout temps ou qui le dégageaient de toute responsabilité. C’est contraire au Code civil», ajoute Louis Plamondon, tout en précisant que les résidences pour aînées étaient maintenant assujetties à une certification prévenant les abus.

Jugeant qu’il vaut toujours mieux prévenir que guérir, le président de l’AQDR nationale invite les gens du troisième âge (et leurs proches) à se procurer la brochure «Vieillir en sécurité», qui décrit les droits des aînés et qui vise à prévenir les abus ou aider ceux qui en sont victimes. «Il est préférable d’être bien outillé et de connaître ses droits, plutôt que d’être obligé de porter plainte à la Régie du logement ou dans les établissements de santé», a-t-il fait valoir.

Pour obtenir de l’information supplémentaire, on peut joindre l’AQDR Memphrémagog au 819 868-2342.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des