Amende de 60 $ pour un chien sans laisse

Par Dany Jacques
Amende de 60 $ pour un chien sans laisse
La plage des Cantons n'est pas un parc à chiens

Les policiers auront davantage à l’œil les propriétaires de chiens à la plage des Cantons pendant les prochains mois, plus particulièrement ceux ne tenant pas leurs animaux en laisse, risquant ainsi une amende de 60 $.

L’application plus rigoureuse de la réglementation en place est confirmée par le directeur de la Régie de police Memphrémagog, Guy Roy, et par le conseiller municipal de Magog, Jean-Guy Gingras.

Ce dernier, à titre de maire suppléant à la séance publique du conseil, le 2 juin dernier, prévenait les propriétaires de chiens que le conseil favorisera la «tolérance zéro» pendant la période estivale. «Vous pouvez toujours y aller, mais gardez vos chiens en laisse», insiste-t-il.

Autre texte ici.

Le dossier a rebondi au conseil municipal en raison de plaintes de citoyens et d’employés municipaux qui ont constaté des problèmes. Les gens ayant peur des animaux et la proximité des chiens de l’aire de jeux des enfants sont au cœur de la problématique. D’autres n’apprécient pas, non plus, de pique-niquer en présence de chiens attirés par la nourriture.

Pour corriger le tir, M. Gingras envisage d’améliorer la signalisation, donner plus d’information à la guérite et mieux informer les visiteurs au bureau d’information touristique. De plus, M. Gingras ne ferme pas la porte à l’aménagement d’un parc à chiens, que ce soit à la plage des Canton ou ailleurs, mais ce ne sera pas en 2014.

Guy Roy informe que ses hommes émettront d’abord un avis d’infraction aux contrevenants, un avis qui sera consigné dans le système informatique de la police. «Les propriétaires de chiens ne tenant pas leur animal en laisse recevront cependant une amende de 60 $ dès la seconde offense», prévient-il.

Le directeur de la Régie de police demandera une surveillance régulière à ses hommes à la plage des Cantons, comme pour l’ensemble des parcs magogois. Des plaintes du public pourront également être acheminées au quartier général de la police.

Guy Roy confirme la réception de quelques plaintes de personnes insécures pendant l’été 2013, mais aucun incident grave. «Il y a eu plus de peur que de mal dans un seul cas connu où un chien, qui voulait probablement jouer, a sauté sur un enfant de 2-3 ans. Personne n’a été blessé dans cet incident», dit-il.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des