Petite histoire d’une entreprise misant sur le développement durable

Par Vincent Cliche
Petite histoire d’une entreprise misant sur le développement durable
Alain Chagnon est le président de Vertendre

Lorsqu’il a fondé Vertendre en 2004 avec ses deux frères et son père, Alain Chagnon était bien loin de se douter qu’il deviendrait le futur gestionnaire du Mont-Orford.

À l’origine, la volonté de l’entreprise familiale était de faire du développement immobilier. La parcelle de terrain achetée par les Chagnon totalisait 1,7 million de pieds carrés. Les 26 terrains des rues de l’Escalade, des Mousquetons et de la Corde à Eastman ont tous trouvé preneur. «Ce fut un succès dès le départ, se souvient le président Alain Chagnon. On ne pouvait s’arrêter là, alors on a débuté la deuxième phase de note projet avec plus d’une soixantaine. Lors des deux premières années, on était équipé pour faire nos propres chemins. Mais, disons qu’on manquait certaines compétences pour se lancer dans le domaine de l’excavation. On a quand même eu du plaisir, tout en apprenant beaucoup.»

Le développement immobilier est toujours demeuré au cœur de la mission de l’entreprise, mais cette notion a beaucoup évolué au cours des dernières années. En 2007, Vertendre cherche à innover avec la construction de son bureau, situé à l’une des entrées du petit village d’Eastman. «On voulait un bâtiment écologique et confortable, quelque chose d’authentique. Cette nouvelle adresse allait définir nos valeurs d’entreprise. C’est probablement le projet don je suis le plus fier. Notre bâtiment a une orientation au soleil pour maximiser le volet énergétique, nous avons aussi un système de récupération et de gestion des eaux à la fine pointe de la technologie. La grande majorité (80 %) des matériaux et de la main-d’œuvre proviennent d’un rayon de moins de 35 kilomètres. Ça été tout un tour de force.»

Le bureau central de Vertendre attire aussi les visiteurs de l’extérieur puisqu’il est l’hôte du Bureau d’accueil touristique de la région d’Eastman.

Après cet autre succès, Alain Chagnon a voulu transposer cette notion de bâtiment vert à l’un de ses développements. De là est née la maison Orfie. Cette construction a d’ailleurs obtenu la certification LEED. Elle est l’un des fleurons de l’entreprise depuis quelques années. Plus d’une douzaine de résidents sont propriétaires d’une telle maison à Eastman.

Quant au dossier Orford, la famille Chagnon a décidé de s’impliquer en raison des impacts négatifs que cette saga amenait sur la région. «On voulait faire renverser la vapeur. Nous avons décidé de participer à l’appel de candidatures lancé par la MRC, car on veut que ça bouge, qu’il y ait de l’investissement. Nous croyons être en mesure d’apporter cela.»

«Je me suis toujours fait dire que mes projets ne verront jamais le jour, mais je prouve toujours le contraire. C’est ce que je compte faire pour Orford», conclut M. Chagnon.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des