Sauna et bain polaire au menu des hockeyeurs

Par Patrick Trudeau
Sauna et bain polaire au menu des hockeyeurs
Derrière le capitaine Frédérick Gaudreau

Les joueurs des Cantonniers de Magog risquent de faire des envieux parmi la population puisqu’ils seront «obligés» d’aller relaxer au Spa des chutes de Bolton au moins une fois par semaine, dans le cadre de leur programme d’entraînement.

Cette initiative avant-gardiste, sans doute une première dans la Ligue midget AAA, a été lancée par le propriétaire du Spa, Claude Provost Jr, fils de l’ancien joueur du Canadien de Montréal Claude Provost, décédé en février 1984.

 

Gagnant de neuf Coupes Stanley, Claude Provost a toujours été à l’affût des différentes méthodes d’entraînement et de récupération. «Mon père n’avait pas le choix d’être dans une condition physique impeccable. À titre d’ailier défensif, son rôle était de surveiller les Gordie Howe, Bobby Hull et compagnie, raconte l’homme d’affaires de Bolton. Au lieu de se retrouver à la Taverne de Toe Blake, il préférait s’entraîner et prendre soin de son corps. Et comme il m’emmenait souvent avec lui, j’ai été initié très jeune à ce mode de vie». «Si c’était bon pour les hockeyeurs de l’époque, ça l’est certainement encore aujourd’hui, surtout avec des connaissances approfondies et des équipements améliorés», ajoute M. Provost.

 

Selon la directrice générale du Spa des chutes de Bolton, Marie-Josée Beaulieu, les athlètes de tous les niveaux peuvent profiter des bienfaits générés par la combinaison chaud-froid. «La chaleur aide à éliminer l’acide lactique et les toxines, alors que l’eau froide referme les pores de la peau. Et pour des hockeyeurs comme les Cantonniers, qui doivent performer quotidiennement à l’école et sur la glace, c’est peut-être le seul moment de la semaine où ils pourront vraiment relaxer et penser à eux-mêmes», fait-elle valoir.

 

Du côté de l’organisation des Cantonniers, on se réjouit de pouvoir offrir une telle opportunité à des jeunes de 15, 16 et 17 ans. «C’est un projet pilote qui est innovateur et qui se veut une belle association avec une entreprise de notre région. D’ici deux mois, on devrait être en mesure d’évaluer les résultats», croit le président de l’équipe, Renaud Légaré.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des