Le renvoi de Gilles Bertrand coûtera 273 000 $

Par Patrick Trudeau
Le renvoi de Gilles Bertrand coûtera 273 000 $
L'ex-directeur général Gilles Bertrand touchera près de 275 000 $ en guise d'indemnité de départ. (photo archives)

L’ex-directeur général de la Ville de Magog, Gilles Bertrand ,touchera un montant total de 273 196,48 $, à la suite de son congédiement le 23 mars dernier.

Cette somme équivaut à toutes les allocations, primes de départ et autres indemnités prévues au contrat de travail de M. Bertrand, qui devait prendre fin en juin 2011 seulement.

 

Le conseil municipal de Magog en a fait l’annonce lors de sa séance publique de lundi (7 juin), en précisant que les termes avaient été négociés avec Me Claude Villeneuve, de la firme Heenan Blaikie.

 

Comme ce fut le cas depuis l’annonce controversée, la conclusion du dossier a créé une certaine division chez les élus. Quatre d’entre eux – Yvon Lamontagne, Denise Poulin-Marcotte, Michel Bombardier et Jacques Laurendeau – ont d’ailleurs voté contre l’adoption du règlement.

 

La mairesse Vicki May Hamm a aussi refusé de revenir sur le sujet, lorsque questionnée par des citoyens. «Nous voulons éviter de porter atteinte à quiconque dans ce dossier. Et je crois même que nous (les élus) nous sommes engagés légalement à ne pas commenter», a-t-elle suggéré.

 

Bien que le dossier Gilles Bertrand soit maintenant chose du passé, la réorganisation administrative se poursuit de plus belle. Lundi prochain (14 juin), on pourrait confirmer l’embauche de Charles Fournier à titre de directeur général adjoint.

 

De son côté, Michel Turcotte, un ancien cadre à la Ville de Magog, a été embauché comme directeur des travaux publiques sur une base intérimaire, en attendant de combler le poste de façon permanente. «Bien des gens ont l’impression qu’on ajoute des cadres supplémentaires à notre structure, mais ce n’est pas le cas. Nous avons aboli des postes et en avons créé des différents. Nous voulons changer la formule et tenter de faire mieux, mais tout en gardant la même enveloppe budgétaire», a justifié Vicki May Hamm.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des