Moniteur de ski recherché, salaire compétitif!

Par superadmin

La saison s’achève, il est temps pour les moniteurs et les monitrices de ski de vérifier si toutes les heures travaillées cette saison ont bien été payées. Cela aura un impact important sur les prestations d’assurance-emploi et sur les gains en emploi.

Les stations de ski ont l’habitude d’embaucher des moniteurs ou des monitrices de ski et de les payer au cours. Ainsi, une personne qui reçoit 45 $ par cours gagne 135 $, lorsqu’elle donne trois cours dans une journée. Par contre, si pour une raison ou pour une autre, aucun cours ne se donne, l’employé ne reçoit aucun salaire.

Lorsque votre employeur vous oblige à être présent ou présente à la station de ski, il doit s’assurer que vous recevez au moins l’équivalent du salaire minimum. Par exemple : vous avez l’obligation d’être à la station de ski de 8 h à 17 h. Cette journée-là, aucun cours ne se donne. Si vous avez une pause repas d’une heure, l’employeur vous doit 8 heures à 8 $ de l’heure, soit 64 $. Rajoutez une heure si vous ne pouvez pas quitter la station de ski pendant votre pause repas. Si vous avez donné un cours qui vous donne 45 $, votre employeur doit combler la différence avec le salaire minimum, soit dans ce cas-ci 19 $.

Il ne doit pas y avoir d’exception sous prétexte que vous êtes étudiant ou étudiante ou employé à temps partiel. L’article 57 de la Loi sur les normes du travail est claire. Le salarié est réputé être au travail et doit être payé lorsqu’il est à la disposition de son employeur sur les lieux de travail et qu’il est obligé d’attendre qu’on lui donne du travail durant le temps consacré aux pauses accordées par l’employeur; durant le temps d’un déplacement exigé par l’employeur; durant toute période d’essai ou de formation exigée par l’employeur.

Vous avez également droit au paiement des heures supplémentaires. Après quarante heures par semaine, les heures effectuées sont rémunérées à temps et demi. L’été s’en vient, si vous pensez travailler dans un centre de villégiatures et donner des cours de ski nautique ou autres, la loi s’applique de la même façon. Pour ceux et celles qui souhaitent obtenir des sommes dues et non payées, il faut déposer une plainte pécuniaire à la Commission des normes du travail. Rappelez-vous que vous avez un délai d’un an pour déposer une plainte pécuniaire, au-delà de ce délai, la loi ne vous reconnaît plus vos droits.

Sandy Tremblay

Illusion Emploi

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des