L’heure de la retraite a sonné pour Jeannot Gagnon

Par Vincent Cliche
L’heure de la retraite a sonné pour Jeannot Gagnon
Jeannot Gagnon tire sa révérence à titre de directeur général de la Caisse Desjardins du Lac-Memphrémagog. (photo: Vincent Cliche)

Après un peu plus de douze années à la barre de la Caisse Desjardins du Lac-Memphrémagog, Jeannot Gagnon quittera cette institution financière pour une retraite bien méritée.

M. Gagnon est arrivé dans le paysage magogois le 17 janvier 1997. À l’époque, il avait été choisi pour tenir les rennes de la Caisse Saint-Patrice, située sur la rue Principale Ouest. «Vers 1995, Desjardins est entré dans un mouvement de réingénierie. Il était évident qu’il y allait avoir des regroupements d’institutions. Sachant que ça s’en venait, j’ai bien voulu me positionner. La Caisse Saint-Patrice était alors l’une des caisses les plus convoitées au Québec. J’ai alors décidé d’y poser ma candidature. En plus, Magog offre un extraordinaire milieu de vie avec son lac, sa montagne et la nature. C’était là que je voulais continuer ma carrière.»

Jeannot Gagnon n’est pas un étranger au mouvement Desjardins, puisqu’il y a œuvré pendant 37 ans. Auparavant, il avait été directeur général de la Caisse Saint-Luc d’Alma (sa région natale) ainsi que de la Caisse St-Pie de Bagot, tout près de Saint-Hyacinthe. «Dans toute ma carrière, j’ai dirigé une petite, moyenne et une grande caisse», illustre le sympathique homme de 57 ans.

Ce dernier aura-t-il le cœur gros lorsqu’il franchira la porte de son bureau une dernière fois en septembre prochain? «Non, pas nécessairement, avoue M. Gagnon. Je partirai plutôt avec le sentiment du devoir accompli.» L’un des plus grands défis que le directeur général aura eu à relever est sans doute celui de la création de la Caisse du Lac-Memphrémagog, en octobre 2001. «On a réuni les forces des caisses d’Eastman, de Mansonville, de Saint-Patrice et de Magog-Est. On a tous travaillé fort et on en récolte les fruits. Aujourd’hui, la Caisse est une organisation qui compte 110 employés et qui a un actif de 490 M $.»

Jeannot Gagnon compte profiter d’une retraite bien méritée. «Nous allons demeurer ici dans la région, à Magog, ça c’est certain. Depuis que nous sommes ici, on a toujours été très accueillant avec nous. Pour ce qui est du reste, je compte faire beaucoup d’activités sportives, comme le golf, le vélo et le ski alpin. Je désire aussi demeurer impliquer auprès de la Fondation de l’Hôpital et du Souper du partage.»

Le successeur de M. Gagnon, Jean-Luc Dasté, entrera en poste le 10 août prochain.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires