Projet Divertigo à la plage des Cantons: les citoyens doivent se lever!

Publié le 9 mars 2017

Plage des Cantons

©(Photo TC Media - Pierre-Olivier Girard)

OPINION. Chère coalition «Protégeons Plage des Cantons», Je vous aborde à travers cette tribune libre afin que le plus de citoyens concernés de, près ou de loin par le projet Divertigo, puissent entendre une autre voix que la vôtre qui, disons-le, est très forte malgré le très petit nombre de personnes que vous représentez.

Depuis plusieurs semaines, je tente de suivre du mieux possible le débat sur le projet Divertigo et j’essaie toujours de me faire l’avocat du diable en pesant le pour et le contre d’un tel projet. Par contre, je n’entends que vous… et pourquoi? Parce que vous ne laissez personne parler, s’exprimer ou encore leur donner la chance d’exprimer leurs opinions si celles-ci diffèrent de la vôtre. J’appelle ça la technique du chihuahua; on est tout petit et on jappe fort, mais on ne fait peur à personne! Il vous faut maintenant comprendre que vous n’êtes plus les seuls dans la cour et que d’autres ont aussi envie de se faire entendre. Loin de moi maintenant l’idée de jouer au jeu des citoyens de Magog de souche ou non, baby-boomer contre jeunes familles, assistés sociaux ou travailleurs. Nous sommes tous citoyens de Magog et fiers de l’être et le développement de notre ville passe par nous tous! Oui, nous tous, pas par de ces dites coalitions qui s’opposent à touts projets.

Là où j’ai complètement disjoncté, c’est lors de la séance d’information du projet en date du 23 février 2017. Mais quel manque d’écoute, d’arrogance et de manque de décorum vous avez fait preuve lors de cette soirée! Combien de fois la conseillère en communication, Claudia Fortin, a dû vous ramener à l’ordre comme des enfants du primaire? Pour des gens se présentant comme ingénieur, professeur et bla-bla-bla, on ne s’en serait jamais douté si vous nous ne l’auriez pas fait savoir. Je louange sa patience. Combien de fois êtes-vous allé poser les mêmes questions, encore et encore, parce que vous n’écoutiez absolument rien lors des interventions du promoteur et de notre mairesse? C’était une vraie farce et à la fois choquant.

Mais ce qui me choque encore plus, c’est ce que vous cachez réellement derrière votre coalition. Est-ce réellement votre zénitude juste à côté d’un site récréotouristique déjà remplie de jeunes à longueur d’été ou la peur de voir vos maisons dévaluer et votre patrimoine s’effondrer en flèche qui vous fait peur? Est-ce que le reste de la population magogoise qui oscille autour de 28 000 habitants en plus de sa population secondaire et touristique devrait se priver d’un site enchanteur pour une activité qui fera bouger nos jeunes aux dépens d’une poignée de mécontents qui crient au scandale sonore (le fameux effet de Hass si bien comprit par Jésus) et écologique? Encore mieux, les gens du Memphré Club qui ont peur à leur vue sur le Lac? Je ne sais pas de quel côté vous regarder, mais le module n’empêche aucunement votre panorama si chèrement acquis.

Je n’ai jamais entendu aucun d’entre eux chialer sur le vieux labyrinthe digne d’un film d’horreur, tordu, qui prend exactement place où le projet Divertigo veut s’implanter. Bien sûr, un labyrinthe en vieille clôture rouillée ne fait pas beaucoup de bruit. La seule chose qui peut causer problème, c’est d’attraper le tétanos en si frottant si nos vaccins ne sont pas à jour.

Chère coalition, soyez donc honnête dans vos intentions et vous verrez que la vérité et la transparence vont toujours triomphe.

Vous savez, notre ville regorge d’espaces verts tranquilles. Pour n’en nommer que quelques-uns comme le marais de la rivière aux cerises, le Parc national du Mont Orford (lui aussi victime d’une telle saga il y a de cela quelques années). Les nombreuses pistes cyclables, le mont Owl’s head, etc. Vous étiez en toute connaissance de cause lorsque pour la majorité d’entre vous, vous avez acheté votre résidence dans ce secteur. La plage des Cantons n’a pas poussé du jour au lendemain!

Notre belle ville se développe et ceci a des conséquences qui, malheureusement pour certains, chambouleront votre quiétude. Même si à mon humble avis, le module de Divertigo, une fois construit n’aura pas les impacts si craints par vous tous. On ne parle pas ici d’un parc d’attractions de « Six flags », on parle d’une piste d’hébertisme… rien à voir avec La Ronde! Qui plus est, vous savez quoi? Et bien, j’habite sur la rue Lévesque, je serai une des premières victimes du phénomène de Hass! Par contre, aucun cri d’enfants, les miens et ceux des autres, et d’adultes ne m’empêcheront de croire à ce projet. La ville de Magog a besoin de promoteurs visionnaires et ambitieux comme M. Patry, au même titre que Gilles Bélanger et André L’Espérance. C’est avec des gens d’affaires comme eux et des citoyens qui regardent vers le développement et l’avenir que Magog restera une ville prospère et non pas avec une attitude nombriliste et du syndrome du « Pas dans ma cour ».

Notre ville se développe et même si on repousse le projet de quelques kilomètres, les nouveaux quartiers, nouveaux commerces et industries vont pousser et toujours se trouver en travers de quelque chose qui était là bien avant! C’est ce qu’on appelle le développement!

Vous savez, nous avons un conseil de ville et un comité de direction qui prennent le développement de notre ville avec cœur et passion dans l’intérêt de sa population. Je crois fermement que tout le monde ensemble, nous serons capables de travailler à ce que ce projet voit le jour dans un site aussi enchanteur que la Plage des Cantons et que chacun saura mettre ses intérêts personnels de côté dans l’intérêt du développement touristique de Magog.

Merci de votre écoute,

 

Vincent Bossé

Citoyen de Magog, secteur Southière