Perte d'un peignoir: il réclame 300 $ au Spa Nordic Station de Magog


Publié le 23 janvier 2017

Justice

©Depositphotos

Un homme n'a pas réussi à convaincre la Cour que la perte de son peignoir au Spa Nordic Station valait une réclamation de 300 $ à l'établissement situé sur le chemin des Pères à Magog.

L'individu demandait 100 $ en indemnité et 200 $ pour le stress et les inconvénients pour avoir perdu la trace de son peignoir personnel lorsqu'il fréquentait les installations extérieures, le 27 décembre 2015. L'homme prétend pourtant avoir accroché son morceau de vêtement avant d'entrer dans la piscine. Cependant, à sa sortie, le peignoir qui se trouvait sur le crochet n’était pas le sien.

Il a attendu quatre heures sur place dans l'espoir que l'on retrouve son bien, «auquel il tenait beaucoup» puisqu'il s'agit d'un cadeau de sa conjointe, mais en vain. Même s'il assure dans son témoignage que «l'argent importait peu», il a décidé d'entamer des procédures judiciaires en prétextant que le spa était responsable en raison d'une mauvaise surveillance des lieux. Il estime aussi ne pas avoir reçu le support auquel il s'attendait en pareilles circonstances.

Pourtant, le gestionnaire du spa a confirmé que deux agents assuraient la surveillance des lieux et la sécurité des installations en cette journée achalandée du temps des Fêtes. De plus, selon la défenderesse, aucun vol n'a été commis sur le site en 12 ans d'opération. Même si elle ne s'estime pas responsable de l'incident, le Spa Nordic a également offert deux forfaits au spa d'une valeur de 90 $ à l'homme, qui ne semble pas avoir accepté.

Le juge Gabriel de Pokomandy, à la Division des petites créances de la Cour du Québec, a rappelé que l'homme avait signé une clause de non-responsabilité à son arrivée, comme tous les clients, indiquant que le spa n'est pas responsable des pertes et dommages. «Cette clause devait mettre le demandeur en garde d'assurer une surveillance accrue de ses biens personnels qu'il apportait sur lieux», a écrit le juge dans son jugement en s'adressant à l'homme, qui a aussi perdu des sandales par le passé à cette même adresse.