Après la science… la messe

Stéphanie Mac Farlane stephanie.macfarlane@tc.tc
Publié le 25 novembre 2016

L'Université de Sherbrooke détient deux lots au cimetière Saint-Michel à Sherbrooke où les défunts sont inhumés.

©TC Media - Denis Germain

DOSSIER. Pour rendre hommage aux défunts qui ont offert leur corps à la science, l’Université de Sherbrooke (UdeS) organise annuellement une messe commémorative.

La dernière en date a été célébrée le 23 septembre dernier en l'église Saint-François-d'Assise à Sherbrooke. «C'est un prêtre catholique qui donne la messe et c'est à l'église», lance Denis Bisson, technicien prosecteur et responsable du laboratoire d’anatomie et de plastination de l’UdeS.

Depuis 1993, il souligne qu'une seule demande religieuse particulière a été formulée. «On fait fi de ça. On fait une cérémonie catholique. Si on commence à faire toutes sortes de messes, on a pas fini d'en faire!» ajoute-t-il.

Il précise que la célébration est organisée avant tout pour les familles. Celles qui souhaitent une cérémonie religieuse particulière ou encore inhumer le défunt à un endroit précis, peuvent prendre possession des cendres, une fois que l'utilité du corps à des fins d'enseignement est terminée.

«Si les cendres sont récupérées, l’Université facture la crémation à la famille. On peut laisser le corps aux familles qui sont contre la crémation. Si la famille refuse les cendres [ou qu’elles ne sont pas réclamées], l’Université paie le transport, la crémation et l’inhumation», explique M. Bisson.

L’UdeS détient deux lots au cimetière Saint-Michel à Sherbrooke où les défunts sont inhumés. Le Collège Rosemont remet aussi les cendres à la famille. Le Cégep possède un lot commun.