La Caravane amène Timothy Green au théâtre


Publié le 2 avril 2017

Charly Frenière-Boulianne, Maeva Groulx, Émie Raymond et Émile Julien sont les têtes d'affiche de la pièce présentée par la troupe la Caravane, qui en est à sa 15e année d'existence.

©(Photo TC Media - Charles-Antoine Rondeau)

ACCOMPLISSEMENT. Après plusieurs mois de travail acharné, la troupe de théâtre la Caravane de l'école secondaire de La Ruche présentera la pièce intitulée «La drôle de vie de Timothy Green», les 7 et 8 avril au Théâtre Léonard-St-Laurent, à Sherbrooke.

Inspirée du film du même nom, cette pièce raconte l'histoire d'un couple qui n'arrive pas à avoir d'enfant. Devant cette triste réalité, ils décident d'inventer l'enfant qu'ils aimeraient avoir. «Pour s'amuser, ils écrivent sur un papier les caractéristiques qu'ils aimeraient que leur enfant ait. Ils mettent le papier dans une boîte et vont l'enterrer dans le potager», explique le metteur en scène et enseignant au programme intensif en interprétation théâtrale à La Ruche, Patrick Cantin.

Hors de toute attente, l'enfant tant espéré prendra vie… mais il a des feuilles sur les jambes! «Il va bouleverser la vie des amoureux, qui apprendront à être parents, mais aussi à vivre avec la différence. C'est une histoire très touchante», poursuit-il.

Derrière cette histoire quelque peu fantastique se cache une réalité vécue par bien des couples. Ce réalisme est l'un des principaux défis que la vingtaine d'acteurs a rencontrés durant sa préparation. «C'est différent des autres années, car les personnages sont moins extravertis et pourraient ressembler à des gens que l'on rencontre tous les jours. D'aller chercher les vraies émotions sans trop en mettre est un grand travail», d'observer Maeva Groulx, qui joue le rôle de la meilleure amie de Timothy.

Le personnage principal, Timothy, est un jeune garçon découvrant l'univers dans lequel il vient d'arriver. Intelligent, il brille tout autant par sa naïveté et son innocence. Ce rôle est tenu par Émie Raymond, une élève de troisième secondaire. «J'ai toujours voulu faire partie de la Caravane. D'y être maintenant et d'avoir le gros rôle, c'est stressant, mais c'est vraiment une partie de plaisir de travailler avec des gens que j'aime», lance-t-elle.

J'ai toujours voulu faire partie de la Caravane. D'y être maintenant et d'avoir le gros rôle, c'est stressant, mais c'est vraiment une partie de plaisir de travailler avec des gens que j'aime.

Émie Raymond

Charly Frenière-Boulianne tient quant à elle le rôle de la mère de Timothy. Tout comme Maeva, elle en est à sa dernière année dans la grande famille de la Caravane. «C'est difficile de devoir partir, mais je prends cela un jour à la fois et je me donne à fond dans ce que j'ai la chance de faire présentement. Je suis contente d'avoir la chance d'être ici», laisse entendre la finissante.

Le papa sera joué par Émile Julien, qui est actuellement en quatrième secondaire. Celui-ci réitère que le réalisme de cette pièce est quelque peu déstabilisant pour les jeunes acteurs. «Des répliques de la vie de tous les jours viennent s'entremêler dans le texte. Il faut s'assurer que les gens y croient, sinon, ils n'accrocheront pas à l'histoire», insiste-t-il.

La fille de neuf ans de Patrick Cantin, Jorane, fera une petite apparition à la fin de la pièce. C'est d'ailleurs elle qui a amené l'idée de jouer La drôle de vie de Timothy Green. «On écoutait le film pour le plaisir, et à la fin, elle m'a lancé l'idée. J'ai trouvé qu'il y avait un beau potentiel dans cette histoire», de dire l'enseignant.

Le comité de travail est complété par deux anciennes de la Caravane, soit Rose-Anne Girard et Delphine Bernier-Lehoux. La première est particulièrement fière de la troupe qui présentera le spectacle dans quelques jours. «C'est un groupe de travaillants qui retiennent beaucoup d'informations techniques. Maintenant, ils doivent être assez confortables avec ces informations pour simplement jouer et avoir du plaisir. J'ai hâte de les voir arriver en salle», témoigne-t-elle.

Des billets pour les deux représentations grand public, qui ont lieu à 20 h vendredi et samedi, sont disponibles au coût de 12 $ au secrétariat de La Ruche, auprès des acteurs ou encore à la porte, les soirs de spectacle.