Jacques Marcoux profite de la vie à 67 ans

Dany Jacques dany.jacques@tc.tc
Publié le 12 novembre 2012
Jacques Marcoux partique intensément les sports depuis ses 40 ans.
(photo: Dany Jacques)

Jacques Marcoux représente un exemple à suivre pour quiconque souhaite profiter de la vie, comme lui à 67 ans, mais aussi pendant de nombreuses années.

Ce politicien est aussi un sportif dans l'âme. Il marche non seulement tous les jours pour se rendre à l'hôtel de ville du Canton de Potton, où il assume le rôle de maire, car il pratique également le vélo de façon intensive.

Pour lui, le sport est une raison de vivre. Il adore sillonner les routes sur deux roux et jouer au tennis pour s'amuser, mais c'est aussi et avant tout pour garder la santé.

Jacques Marcoux vient d'une famille où les hommes ont connu des problèmes cardiaques vers les 45 et 50 ans. Ne souhaitant pas traverser la même maladie, il se lance corps et âme dans les sports au début de la quarantaine.

«Il y a eu des décès dans ma famille. Je me suis donc pris en main pour rester en forme et goûter à la vie. Pour ce faire, j'ai travaillé sur trois fronts, soit le sport, une bonne alimentation et la médicamentation. Au départ, je ne voulais pas prendre de pilules pour réduire mon cholestérol, mais mon médecin m'a rapidement fait comprendre qu'elles étaient primordiales. Je pense qu'il avait raison», raconte-t-il.

Le cyclisme représente une vraie drogue pour le premier magistrat du Canton de Potton, qui préside aussi le conseil d'administration du Centre local de développement (CLD) de la MRC de Memphrémagog, même si la politique l'empêche de rouler à son goût.

Peu importe, bien qu'il ait déjà pédalé jusqu'à 9 000 km par année par le passé, il enfourche tout de même son vélo sur de très longues distances, comme 2400 km en 2011 et 4500 km en 2012.

Cette année, sa plus longue sortie a été de se rendre à Boston sur une distance de 840 km aller-retour via les routes 5 au Vermont et 3 au New Hampshire. Bref, un beau périple sur deux roues de six jours au total.

Mais Jacques Marcoux a déjà complété une plus longue distance au pays de l'Oncle Sam. En effet, en 2008, il a parcouru 11 340 km sur les routes américaines d'avril à septembre. Il devait compléter le périmètre des États-Unis (18 000 km), mais de mauvaises conditions climatiques, incluant des tornades, l'ont poussé à rebrousser chemin plus rapidement.

Jacques Marcoux ne recommande pas nécessairement de parcourir d'aussi longues distances, mais il suggère chaleureusement aux gens de prendre soin de leur santé en pratiquant des sports. «Occupez-vous de votre santé et vous allez vivre plus longtemps», promet-il.

Parcours familial et professionnel

Jacques Marcoux est né à Greenville, Maine, mais sa famille est déménagée à Mansonville lorsqu'il avait 2 ans. Il passe la majeure partie de son enfance à cet endroit avant d'étudier à l'extérieur. Il revient habiter dans son patelin à l'âge de 37 ans et il y demeure toujours aujourd'hui.

Il enseigne une seule année avant de s'apercevoir que cette profession n'est pas faite pour lui. Suivent dix années à la fonction publique provinciale et fédérale, puis dix autres à titre de copropriétaire du Garage Marcoux de Mansonville, aujourd'hui connu sous le nom du Garage Jauniaux.

Il accède une première fois à la mairie du Canton de Potton de 1989 à 1993, puis une seconde fois en 2009. Entre les deux séjours à la mairie, il a notamment été conseiller financier pendant une quinzaine d'années.