Sections

Le Marché Végétarien déménage son siège social à Boucherville: une dizaine d'emplois sont touchés à Magog


Publié le 17 mai 2017

Les bureaux administratifs du Marché Végétarien avaient quitté le parc industriel de Magog au profit de la Place du Moulinier en avril 2016.

©(Photo TC Media - Archives/Marco Bergeron)

Un an après avoir déménagé son siège social du parc industriel de Magog à la Place du Moulinier, le nouveau propriétaire du Marché Végétarien a pris la décision de rapatrier son administration à Boucherville.

Comme l'explique Mario Vanier, qui a acquis les actifs du Groupe Épicia en 2015, les dix employés concernés ont eu l'opportunité de poursuivre leur carrière dans les nouveaux bureaux de la Rive-Sud de Montréal. Finalement, seulement trois ont accepté l'offre de leur employeur. Le déménagement a été complété depuis la fin du mois de mars dernier.

«Ce genre de décision n'est jamais facile à prendre, reconnaît M. Vanier. Nous avions des locaux disponibles à Boucherville qui ne nous coûtent rien comparativement à un loyer mensuel à la Place du Moulinier.  Par souci de rationaliser, c'était la décision à prendre dans le cadre d'une saine gestion.»

L'homme d'affaires soutient que les temps sont durs dans le secteur de l'alimentation. Il précise toutefois que le Marché Végétarien de la rue Principale Ouest se porte bien dans les circonstances. «Actuellement, la pérennité de l'entreprise n'est pas en danger comme elle était il y a deux ans. L'avenir du magasin de Magog n'est pas compromis. Les questions du financement sont réglées. On est davantage tourné vers la saine gestion et la performance», assure l'homme d'affaires.

En ce sens, Mario Vanier veut donner plus d'autonomie et de responsabilités aux équipes en magasin. «Au lieu d'avoir un siège social qui prend des décisions pour tous, on veut mettre en place des gens de qualité dans chacun de nos marchés pour appuyer l'excellent travail de nos équipes déjà en place. On est toujours à améliorer nos fonctionnements, car le défi dans notre secteur d'activités reste entier», conclut-il.