Sections

130 emplois en péril chez G-Spek de Magog


Publié le 20 avril 2017

G-Spek emploie plus de 150 travailleurs.

©(Photo TC Media - Archives)

Environ 130 employés de l'entreprise G-Spek de Magog ont reçu un avis de licenciement collectif au cours des derniers jours à la suite de la perte d'un contrat majeur avec Waterville TG.

La directrice des ressources humaines chez G-Spek, Catherine Guay, confirme que les employés concernés ont été rencontrés mardi dernier. Toutefois, elle assure qu'il n'y aura aucune mise à pied avant le mois de juillet s'il s'avère nécessaire de le faire.

«Nos employés restent positifs face à la situation. Nous ferons tout en notre possible pour minimiser les conséquences pour eux. Mais évidemment, ce n'est pas facile pour personne», soutient Mme Guay.

Pour sa part, le directeur général de G-Spek, William Castillo, explique cette décision par le fait que G-Spek a perdu son principal client, Waterville TG, qui représentait à lui seul 75% de la production. «Nos opérations se poursuivent comme prévu pour tous nos autres clients», tient à préciser M. Castillo.

G-Spek se spécialise en services d'inspection et d'impartition pour le secteur manufacturier. Le contrat avec Waterville TG avait été signé en 2011 et avait nécessité l'embauche d'une quarantaine de personnes supplémentaires. À ce jour, G-Spek emploie plus de 150 personnes.