Ouverture et opposition face à la proposition Bélanger

Dany Jacques dany.jacques@tc.tc
Publié le 12 août 2015
Pierre Dépôt
(Photo TC Media - Archives - Vincent Cliche)

MONT-ORFORD Même si l'homme d'affaires magogois, Gilles Bélanger, donnait encore des entrevues concernant sa vision du Mont-Orford, la semaine dernière, sa proposition suscitait déjà de nombreuses réactions, la plupart positive, mais l'opposition se tient déjà prête à se lever.

Sur la page Facebook du Reflet du Lac, la majorité des commentaires étaient favorable, encourageant Gilles Bélanger à poursuivre sa route, fort de ses réalisations dans la région (École Montessori et Carrefour Santé Globale). On l'encourageait beaucoup à atteindre ses rêves et à réaliser ce que d'autres n'ont pu faire pour relancer le Mont-Orford (voir commentaires Facebook ci-bas).

À l'inverse, l'environnementaliste Pierre Dépôt, qui a déjà monté aux barricades pour freiner le développement immobilier au pied des pentes de ski, récidive pour protéger l'intégrité du Parc national du Mont-Orford.

«Gilles Bélanger aurait dû faire des vérifications avant de faire de telles propositions, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs n’a même pas été contacté pour une demande quelconque, surtout que la Loi 90 interdit la construction de bâtiments pour de l’hébergement dans le Parc. De plus, je peux garantir qu’il y aura de l’opposition à l’aménagement d'un lien de type télésiège vers le terrain d’André L’Espérance», prévient-il.

À l'inverse, Robert Benoit soutient que de petits hébergements sont possibles dans le parc si c'est la SÉPAQ qui les construit. De plus, M. Benoit est convaincu qu'une chaise d'accommodement entre l'extérieur du parc et les pentes de ski représente une bonne idée.

La semaine dernière, Gilles Bélanger livrait sa vision d'avenir du Mont-Orford, qui comprend des ajouts d'activités sportives, mais aussi l'aménagement de petits hébergements en montagne et un lien de type télésiège entre le domaine skiable et l'extérieur du parc.

 

Autre texte sur le sujet

Un nouveau souffle à Orford?