Sections

Encore des défis environnementaux malgré les 50 ans du Memphrémagog Conservation Inc.


Publié le 19 mai 2017

Le lac Memphrémagog est un vaste réservoir d’eau potable qui alimente plus de 170 000 personnes.

©(Photo TC Media - Marco Bergeron)

Le groupe environnemental MCI célèbre ses 50 ans d’activisme, mais souhaite célébrer en se tournant vers l’avenir et la jeunesse, tout en relevant les défis de la prochaine décennie.

La transition vers l’avenir repose néanmoins toujours sur le fondement même de la création de cet organisme en 1967, soit la protection d’un vaste réservoir d’eau potable, le lac Memphrémagog.

Le président actuel, Robert Benoit, rappelle que les fondateurs Gordon et Peter Kohl, ainsi que Herb Mitchell, étaient préoccupés par la qualité de leur plan d’eau, 22 ans avant la création du ministère de l’Environnement. Selon lui, l’agriculture, les développements résidentiels, les coupes forestières, la construction de chemins, terrains de golf et absence de réglementation sur les eaux usées figuraient parmi leurs préoccupations.

Le président Benoit croit mordicus que la vision de ce trio a permis de renverser la vapeur sur un plan d’eau qui se dégradait rapidement dès les années 1960. «La qualité de l’eau s’est améliorée grâce à plusieurs actions et prises de conscience, mais beaucoup reste à faire», prévient-il.

Voilà pourquoi le MCI se tourne vers l’avenir avec de jeunes scientifiques qui poursuivent le combat de protéger ce vaste réservoir d’eau potable alimentant plus de 170 000 personnes. Les défis présents et à venir sont notamment l’arrivée de plantes envahissantes, le réchauffement de la planète et ses effets sur le lac, le développement et la perte des milieux naturels, la présence de gros bateaux puissants sur le lac, l’érosion des berges, le désengagement des gouvernements, etc.

Cocktail en présence de Donald Sutherland?

Le Memphrémagog Conservation Inc. (MCI) commémora ses 50 ans avec un cocktail spécial au Club Hermitage, le samedi 20 mai. La coprésidente d’honneur Clémence Desrochers a confirmé sa présence, mais le coprésident d’honneur Donald Sutherland sera probablement absent malgré l’annonce de sa venue.

Le MCI explique ce contretemps par l’horaire chargé du comédien de 81 ans qui possède une résidence à Georgeville. Il sera remplacé par le président du conseil d’administration de l’Université McGill, Stewart Cobbett, qui possède aussi une propriété au Memphré.

Les autres activités au programme sont la plantation d’arbres dans les municipalités riveraines, un échange de drapeaux avec le «Memphremagog Watershed Association», le lancement du second livre de Louise Abbott sur le lac Memphrémagog, la création d’une bourse d’études de 50 000 $, etc.

Contribution de Sherbrooke

L’ancien député Benoit apprécie la collaboration accrue des municipalités riveraines du lac Memphrémagog depuis deux décennies, mais déplore le «désengagement» de la Ville de Sherbrooke.

Il rappelle que les Sherbrookois boivent tous l’eau potable du lac Memphrémagog. Il peste contre le fait que la contribution financière de la Ville Reine des Cantons-de-l’Est est inversement proportionnelle au nombre de gens qui s’abreuvent dans le lac. «J’aimerais que Sherbrooke contribue davantage à la protection de notre vaste bassin d’eau potable, car je trouve que ses concitoyens en profitent beaucoup plus que l’argent investi dans le lac Memphrémagog», déplore-t-il.