Entente entre Raymond Chabot Grant Thornton et Magog Technopole: une aide de 250 000 $ qui dépasse le simple chèque


Publié le 5 avril 2017

Par cette entente, Jean Gaouette (Raymond Chabot Grant Thornton) veut contribuer à l'émergence de l'économie du savoir à Magog.

©(Photo TC Media - Pierre-Olivier Girard)

Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT) ne s'est pas contenter d'un simple chèque pour montrer son appui au développement des technologies de l'information et des communications (TIC) dans la région. En signant une entente de cinq ans avec Magog Technopole (MT), la firme comptable partagera son expertise, en plus d'un montant en argent, pour une valeur totale de 250 000 $. 

Ayant fondé son entreprise à Magog il y a une vingtaine d'années, Jean Gaouette, de Raymond Chabot Grant Thornton, est bien placé pour connaître les défis qui guettent les entreprises en démarrage. Il se rappelle avoir été laissé à lui-même, comme jeune entrepreneur à l'époque. Un souvenir qui le motive aujourd'hui à redonner au suivant.

«Après des années de noirceur à Magog avec des fermetures et des pertes d'emplois, on sent qu'il y a un renouveau, affirme l'expert-comptable. On voit de nouveaux visages qui s'impliquent, qui font leur épicerie et qui magasinent ici. C'est ça la vitalité dont on avait besoin.»

Concrètement, RCGT offrira 25 000 $ par année en argent pour aider Magog Technopole à accompagner les membres de son incubateur. De plus, l'entreprise comptable offrira un accompagnement personnalisé aux TIC, à raison de 30 demi-journées par année. Elle organisera aussi des conférences sur différents thèmes, et ce, en plus de présenter des vidéos informatives. «Le but de ces vidéos sera d'éclairer les entrepreneurs sur des sujets d'actualité, comme sur les dernières mesures du budget provincial ou fédéral. L'époque des infolettres est révolue», soutient M. Gaouette.

Il ajoute qu'une salle communautaire baptisée «Raymond Chabot» verra le jour à l'Îlot Tourigny. L'entente quinquennale permettra également aux employés des TIC d'assister gratuitement à des activités de la Chambre de commerce et d'industrie Magog-Orford.

Ce coup de pouce financier est accueilli à bras ouverts par le directeur général de Magog Technopole, André Métras. Celui-ci confirme que quatre autres ententes avec le secteur privé seront dévoilées sous peu. En mars dernier, la Caisse Desjardins du Lac-Memphrémagog avait annoncé à son tour une aide financière de 250 000 $.

«Ce soutien va solidifier notre capacité à garder nos entreprises chez nous en leur offrant un accompagnement durable et sur mesure, ce qui fait partie de notre identité propre. C'est intéressant de voir autant d'activités dans le quartier d'innovation du centre-ville», conclut M. Métras.