La CDC Memphrémagog demande au gouvernement un plan de lutte à la pauvreté


Publié le 20 mars 2017

La directrice de la CDC Memphrémagog, Marie-Denise Morency.

©(Photo TC Media - Maryse Mathieu)

REVENDICATIONS. La Table nationale des Corporations de développement communautaire (TNCDC), dont fait partie la Corporation de développement communautaire (CDC) Memphrémagog, croit que le gouvernement du Québec doit se doter d’un plan de lutte à la pauvreté ambitieux et structuré.

La TNCDC croit qu’il est essentiel de renforcer les protections publiques et les politiques sociales afin de réduire les inégalités socioéconomiques et de mieux redistribuer la richesse. Pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, le gouvernement doit selon eux développer un plan gouvernemental global et structurant.

À travers ce dernier, elle considère que le gouvernement doit démontrer sa reconnaissance du milieu communautaire. «Les organismes communautaires supportant les personnes pauvres et exclues souffrent des compressions et des pertes de sources de financement causées par les mesures d’austérité. Si le ministre annonce ''des aides supplémentaires aux organismes épaulant des personnes pauvres et exclues, privées de réseaux sociaux'', nous souhaitons que cela se traduise par un accroissement significatif du financement à la mission des organismes communautaires», peut-on lire.

En lien avec la consultation publique en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, la présidente de la TNCDC, Marie-Line Audet, déclare que de nombreuses organisations ont participé à identifier les actions à poser pour bien soutenir les personnes vivant en situation de pauvreté. «Nous espérons que nos revendications seront davantage considérées dans ce prochain plan», lance-t-elle.

«Le gouvernement affirme être fier de s’être donné une marge de manœuvre financière, il est temps de penser à ceux qui ont le plus souffert des compressions», de conclure le communiqué.