Hôtel et spa Étoile-sur-le-lac à Magog: une série de consultations sur les futurs travaux


Publié le 17 mars 2017

L'hôtel et spa Étoile-sur-le-lac comprend les 52 chambres, son restaurant L'Ancrage et son centre de santé.

©(Photo TC Media - Charles-Antoine Rondeau)

Avant de présenter quelconque projet dans leur plus récente acquisition, les nouveaux proprios de l'hôtel et spa Étoile-sur-le-lac veulent se nourrir des idées des gens de la place en lançant une série de consultations

En faisant l'acquisition d'un des établissements les mieux situés de la région, Escapades Memphrémagog savait qu'elle venait de mettre la main sur un lieu «extraordinaire», de l'aveu même de la directrice générale adjointe, Annie Brunelle. Cependant, ce cadeau est aussi rempli de défis sachant que l'endroit a besoin d'une cure de rajeunissement.

Jusqu'à présent, les propriétaires sont demeurés prudents sur leurs intentions, en affirmant vouloir prendre le temps nécessaire pour analyser toutes les possibilités. Si le statuquo fait partie des scénarios du possible, Annie Brunelle explique qu'il est bien difficile à imaginer. «Durant la saison touristique, on n'a pas de problème, car l'hôtel est toujours plein, explique la gestionnaire. Mais après septembre, c'est plus difficile. Plusieurs employés ne peuvent même pas travailler à l'année. Notre philosophie d'entreprise a toujours été d'avoir des business qui fonctionnent et c'est ce qu'on souhaite aussi avec l'Étoile-sur-le-lac.»

Pour combler ce creux de vague, Escapades Memphrémagog aimerait miser sur le corporatif, à l'image de ce qu'elle fait à son hôtel Espace 4 Saisons qui vient d'être rénové au coût de 12 M$. Un volet qui amènerait de l'eau au moulin à l'année, et ce, en semaine. Toutefois, les installations dans leur état actuel rendent ce souhait impossible à exaucer. «Les salles ne sont pas assez grandes, si bien qu'on ne peut même pas organiser des petits mariages de 80 invités. Alors, imaginez des groupes de 200, 300 et même 400 personnes. On aimerait vraiment avoir de grandes salles pour tenir des réceptions ou des congrès, surtout qu'il n'y a aucune offre du genre à Magog», observe-t-elle.

La rénovation du bâtiment actuel présenterait bien des risques, selon la directrice générale adjointe, puisque la construction des fondations actuelles remonte à quelques décennies. De plus, les possibilités de réaménagement seraient plus limitées comparativement à une nouvelle construction. «On est à l'étape où on peut se permettre de rêver et de lancer toutes les idées qui nous viennent en tête, lance la responsable. Évidemment, il faudra faire des choix pour respecter notre budget, mais on veut que les gens s'approprient ce projet et en soient fiers.»

Pour ce faire, la nouvelle direction veut mettre en place des services ou des installations dont profiteront tant les clients de l'hôtel que les résidants. Plusieurs idées ont déjà été exprimées dont, de la plus réaliste à la plus éclatée, l'aménagement d'une terrasse pour les patineurs du sentier glacé et la construction d'un spa sur le toit de l'établissement.