Sections

Luc Dion devient gérant au Cinéma Magog


Publié le 9 octobre 2017

Luc Dion retourne au cinéma 17 ans après avoir loué des cassettes vidéo.

©(Photo TC Media - Dany Jacques)

Luc «Powell» Dion effectue un retour à ses anciennes amours en devenant gérant du Cinéma Magog. Il replonge dans l’univers du septième art, 17 ans après la fermeture du Vidéo Sélection.

Luc Dion et son partenaire Jean-Pierre Bourret ont administré cette entreprise de location vidéo pendant une dizaine d’années dans les années 1990. Passionné de cinéma depuis belle lurette, l’homme de 54 ans a rapidement accepté l’offre de la famille Pradella de prendre soin du cinéma comme si l’entreprise lui appartenait. «C’est un beau cadeau de la vie de revenir au cinéma. Ce fut plusieurs années de pur plaisir de servir la clientèle du Vidéo Sélection», confie-t-il.

Propriétaire et fondatricedu Cinéma Magog au début des années 1990, la famille Pradella vient de reprendre les rênes de cette entreprise. Claude Rémillard était à la direction au cours des dernières années.

Ginette Pradella apprécie ce retour aux sources et la passion contagieuse de son gérant. «Nous voulons faire plaisir aux gens, car le cinéma, c’est du bonheur. Et trouver un gérant comme Luc, ça permet de conserver des salles de cinéma à Magog», estime-t-elle.

Les Pradella et Luc Dion mijotent déjà plusieurs projets, comme la modernisation des équipements. Des événements thématiques et beaucoup de films québécois seront également au programme.

Luc Dion sait que la location de cassettes vidéo est révolue, surtout en raison de l’arrivée des Superclubs Vidéotron, d’Internet et des services de télévision en flux continu comme Netflix. Cependant, il est convaincu que la présence accrue des services numériques n’ébranlera pas les colonnes du cinéma.

«Le septième art est là pour rester dans nos salles. C’est un loisir avec des émotions, des pleurs et des rires. Oui, c’est agréable d’écouter un film à la maison, mais on vit plutôt une expérience dans nos salles avec un écran plus grand et une meilleure qualité visuelle et sonore. L’ambiance est différente. C’est un peu comme se faire plaisir et aller manger au resto», image-t-il.

Rappelons que Vidéo Sélection avait ouvert une première adresse sur la rue Principale à la fin des années 1980. Jean-Pierre Bourret y était propriétaire unique avant de s’associer à Luc Dion et de déménager sur la rue Sherbrooke, voisin à l’époque du IGA et du Pizza Hut.