Sections

Un Centre de pédiatrie sociale voit le jour à Magog

Un projet développé en collaboration avec la Fondation du Dr Julien


Publié le 2 octobre 2017

Le centre de pédiatrie Le Tandem est l'œuvre d'Ariane DesLions (porte-porte-parole et intervenante sociale), Anne-Marie Fournelle (directrice générale), Dr Gilles Julien (Fondation du Dr Julien) et Dr Audrey Pierrat (médecin clinicienne).

©(Photo TC Media - Pierre-Olivier Girard)

Après plus d'un an de travail, le centre de pédiatrie sociale en communauté Le Tandem a officiellement ouvert ses portes à Magog, le 2 octobre dernier, pour venir en aide aux enfants en difficulté.

Il s'agit du 22e centre développé par la Fondation du Dr Julien à voir le jour au Québec. Se présentant comme une ressource complémentaire aux organismes déjà en place, Le Tandem regroupe l'expertise de la médecine, du droit et des sciences sociales en misant sur la force de l'enfant, de sa famille et de la communauté qui l'entoure.

Ce n'est pas un hasard si la directrice générale Anne-Marie Fournelle a choisi le secteur des Tisserands, sur la rue Saint-David, pour installer son équipe de professionnels (médecin, travailleur social, éducateur spécialisé, musicothérapeute et art-thérapeute). «Selon des statistiques, on retrouve dans ce quartier 55 enfants en situation de vulnérabilité et plus de 590 à proximité, explique Mme Fournelle. Ça ne veut pas dire que ces enfants étaient laissés à eux-mêmes, sans aide, mais ce portrait démontre que les besoins sont bien réels et qu'il fallait s'installer ici.»

L'un des atouts de ce centre multidisciplinaire est d'offrir des services dans les deux langues, de manière à déployer des ressources dans les milieux anglophones dans la région. Comme l'explique le docteur Gilles Julien, un enfant sur deux demeurant dans des territoires de haute vulnérabilité, comme Stanstead, entre à l'école avec des problèmes importants. D'où l'importance de les prendre en charge rapidement selon lui.

«On peut voir les carences chez un enfant à un très jeune âge, que ce soit des retards de langage, des problèmes de motricité ou de socialisation. Tout cela est dû à une accumulation de tous les maux qui tombent sur la tête des familles en difficulté que l'on appelle les toxicités de la société. Mais tout ça est réversible en y mettant de l'énergie et en offrant des outils d'apprentissage et c'est la mission de la pédiatrie sociale», soutient-il.

Bien des projets

L'ouverture du Tandem se veut un premier pas d'une longue marche qu'entend mener ses artisans. La directrice générale confirme déjà que des services en orthophonie et ergothérapie devraient bientôt s'ajouter à l'offre actuelle. On souhaite également mettre sur pied une clinique mobile afin de rejoindre les enfants dans les plus petits milieux. «Il y a un très beau projet d'autobus mobile à Cowansville et on aimerait bien l'implanter dans la région de Memphrémagog. C'est un des nombreux volets sur lesquels nous travaillerons dans les prochains mois», conclut Mme Fournelle.