Une plaque et un chèque pour l’église Saint-Patrice

Pierre-Olivier
Pierre-Olivier Girard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La touche finale à la plus récente phase de travaux de restauration de l’église Saint-Patrice de Magog a été donnée, le 27 juillet dernier, alors qu’une plaque d’identification soulignant cette réalisation a été dévoilée au grand public.

Le curé de la paroisse Saint-Patrice, André Tardif, le président de la Fabrique, Claude Laffage, et le député d’Orford, Pierre Reid, ont procédé au dévoilement de la plaque d’identification.

Cette plaque sera installée à l’intérieur de ce lieu patrimonial, de sorte que toutes les personnes qui le fréquenteront puissent ce souvenir du travail colossal qui a été réalisé pour en faire la préservation. Il est inscrit sur celle-ci que «l’église Saint-Patrice de Magog a été restaurée grâce à la participation financière du gouvernement du Québec, du Ministère de la culture, des Communications et la Condition Féminine et de la Fabrique Saint-Patrice de Magog en collaboration avec le Conseil du patrimoine religieux du Québec». Une mention de l’architecte Pierre Cabane est également présente ainsi que la date «juin 2012».

Rappelons que le gouvernement a financé à 70 % (209 000 $) ces travaux dont la facture totale s’est élevée à 700 000 $. De son côté, la Fabrique a dû assumer la différence. Pour ce faire, elle a effectué un emprunt de 125 000 $ auprès d’une autre fabrique, sous condition d’une remise annuelle de 12 500 $. Pour les 84 000 $ restants, une campagne de financement a été orchestrée sous la présidence d’André Lesage.

Profitant de ce dévoilement, la mairesse de Magog, Vicki May Hamm, a annoncé une participation financière de 25 000 $ de la Municipalité. Une contribution qui a touché droit au cœur le président de la Fabrique, Claude Laffage.

«Construite en 1894, notre église a été l’œuvre de grands artisans de chez nous qui ont contribué à bâtir notre patrimoine. C’est ce patrimoine que nous avons le devoir et la responsabilité de conserver et protéger. C’est notre identité qui est en cause. C’est, à nos yeux, la plus belle église du diocèse et de notre région», a souligné M. Laffage.

Ayant duré quatre mois, ces travaux consistaient notamment à refaire l’étanchéité des murs extérieurs après des problèmes d’infiltration d’eau.

Organisations: église Saint-Patrice de Magog, Conseil du patrimoine religieux du Québec

Lieux géographiques: Fabrique Saint-Patrice de Magog, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires