Lettre d'un contribuable

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Il est facile aux élus de notre société de nous donner la facture à payer. Apprendre à gérer les biens de notre collectivité n'est pas la priorité de ceux qui ont la charge des finances de la Ville de Magog.

La dernière augmentation du compte de taxes municipal est la preuve que le conseil de ville n'est pas informé de la situation des familles en Estrie (ou ne veut pas l'être ce qui est plus probable).

En cette période où le chômage est en constante évolution où les situations d'emplois de plus en plus précaires, malgré les promesses de la mairesse de créer des milliers d'emplois, le conseil de ville participe vivement à l'appauvrissement des gens de la région. Ce qui va dans vos poches ne va pas dans l'assiette du plus pauvre.

Quand notre société traverse des situations comme celles que nous vivons en ce moment, le savoir et l'intelligence devraient être sur le devant de la scène.

Il ne fait aucun doute que les évaluateurs sont de connivence avec les élus municipaux afin de remplir la caisse de la ville. Le déficit du fonds de pension de la ville de Magog est la preuve de l'incompétence des décideurs. Les commissions scolaires, dont le mot d'ordre est improductivité, vont-elles aussi profiter de cette aubaine pour renflouer la caisse noire des partys de bureau et départs à la retraite. Oublier de compter une toiture de deux millions de dollars sur le gymnase de la Ruche est une preuve une fois de plus que cette institution qui nous est imposée n'a jamais prouvé son utilité.

Nous ne pouvons passer sous silence l'héritage honteux que nous laissons à nos enfants, et ce grâce à notre passivité. Verrons-nous un jour l'étendard d'une dignité retrouvée flotter sur le Québec ; je l'espère.

Jean-Claude Ziani

Magog

Organisations: Ville de Magog

Lieux géographiques: Magog, Estrie, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires