Crimes sexuels: le pompier Henry reste en prison

Pierre-Olivier
Pierre-Olivier Girard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Accusé de crimes à caractère sexuels sur trois mineures, le pompier magogois, Bruno Henry, restera derrière les barreaux au moins jusqu’au 20 août prochain.

justice

Dans un communiqué de presse qu’elle vient tout juste de faire parvenir, la Ville confirme que la demande de libération de l’accusé, qui devait avoir lieu aujourd’hui (26 juillet) au Palais de justice de Sherbrooke, a été reportée au 20 août prochain.

De plus, la Municipalité confirme qu’elle attendra la suite des procédures judiciaires avant de prendre une décision quant à la situation d’emploi de Bruno Henry.

«Pour l’instant, aucune suspension n’est nécessaire puisqu’il ne peut exercer ses fonctions. Aucun nouveau commentaire ne sera formulé avant le retour de monsieur Henry devant le juge», peut-on lire dans le document.

Rappelons que l’employé du Service de sécurité incendie de magog a été arrêté à son domicile, le 24 juillet dernier, après une enquête menée par la Sûreté du Québec.

Il fait face à douze chefs d’accusation dont possession de pornographie juvénile, d’incitation à des contacts sexuels en situation d’autorité, d’attouchements sexuels et d’avoir obtenu des faveurs sexuelles moyennant une rétribution.

Des menaces de sévices sexuels auraient également été proférées sur ces victimes, selon ce que rapporte le journal La Tribune.

Organisations: Palais, Service de sécurité, Sûreté du Québec La Tribune

Lieux géographiques: Sherbrooke

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Julie Simard
    26 juillet 2012 - 14:23

    Bravo à ceux et ou celles qui ont dénoncé !!!