Jean L'Écuyer veut incarner le changement avec la CAQ

Dany
Dany Jacques
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le candidat de la Coalition Avenir Québec, Jean L'Écuyer, veut incarner le changement proposé par son chef Jean L'Écuyer dans la circonscription d'Orford.

Jean L'Écuyer invite les partisans du changement à voter pour la CAQ. (photo : Dany Jacques)

Ce Eastmanois est convaincu que la population a un besoin criant de changement. «La CAQ propose de bouger rapidement et intelligemment afin de ne pas détériorer l'héritage laissé à notre jeunesse. Si on repousse toujours les décisions importantes, la dette déjà énorme va augmenter, des services vont disparaître et la taxation poursuivra sa croissance», prévient-il.

Cet ingénieur de formation assure les électeurs que son parti ne propose aucunement de révolution dans son programme électoral. Au contraire, selon lui, la CAQ suggère des idées inspirées du gros bon sens.

Il cite l'exemple de la crise étudiante, tout en accusant les libéraux d'avoir exacerbé cette grogne avec leur mode de gestion. «Les frais de scolarité sont importants, mais il faut aussi parler de dossiers encore plus prioritaires. Nous favorisons une hausse de ces droits plus modérée, mais c'est le vaste domaine de l'éducation qui a besoin d'important apport financier pour maintenir la qualité de l'enseignement et garder de bons professeur», explique-t-il.

Il pourfend également les partis traditionnels, comme le Parti libéral avec son copinage, ainsi que les péquistes avec leur souveraineté. «Le PQ propose un concept dépassé qui ne répond plus au besoin de la population. On a d'autres problèmes à régler plutôt que de se concentrer sur une souveraineté qui pourrait déstabiliser une économie déjà fragile», signale-t-il.

Sur la scène régionale, il entend faire du développement économique et la création d'emplois de qualité ses principaux enjeux électoraux.

Par ailleurs, Jean L'Écuyer croit que son expérience politique et sa connaissance du secteur ouest du lac Memphrémagog représentent des atouts dans son jeu. Il habite Eastman depuis 2000, mais il a aussi mené une chaude lutte à Pierre Paradis dans Brome-Missisquoi, en 2007, à titre de candidat de l'ADQ. En 2008, il a collaboré à la campagne du candidat adéquiste, toujours dans Brome-Missisquoi.

Il a également été premier vice-président national de l’ADQ et membre du comité consultatif du Directeur général des élections du Québec. Sur le plan professionnel, s'ajoutent 35 ans de pratique, dont 28 comme dirigeant chez Bell et 7 comme consultant et «coach» auprès de jeunes entrepreneurs de l’Estrie.

Organisations: ADQ, Parti libéral, PQ Directeur général des élections du Québec Bell

Lieux géographiques: Brome-Missisquoi

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires