Une lutte à quatre à l'aube d'une campagne électorale

Dany
Dany Jacques
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Une lutte à quatre s'annonce dans la circonscription d'Orford à l'aube d'une campagne électorale provinciale qui a été déclenchée ce matin par Jean Charest.

Pierre Reid sollicite un quatrième mandat.

Le député actuel, Pierre Reid, sera de nouveau candidat sous la bannière du Parti libéral. Cet ancien ministre de l'Éducation sollicitera un quatrième mandat, lui qui occupe le siège de député depuis 2003.

Son rival péquiste depuis le scrutin de 2007 sera Michel Breton, qui tentera pour sa part une troisième chance en autant d'élections. Il espère déloger M. Reid fort de deux scrutins relativement serrés. En effet, en 2007, Michel Breton avait obtenu 28 % des voix contre 33 % pour Pierre Reid. En 2008, les électeurs lui avaient octroyé une proportion de 37 % des voix comparativement à 43 % pour son adversaire libéral.

Patricia Tremblay représentera la formation Québec solidaire pour une troisième fois depuis le scrutin de 2007. Elle souhaite évidemment hausser son nombre de votes, elle qui a obtenu moins de 4 % des voix en 2007 et 2008.

Quant à la Coalition avenir Québec (CAQ), elle fera confiance à Jean L'Écuyer, un ancien candidat de l'ADQ dans Brome-Missisquoi et ex-dirigeant du même défunt parti. M. L'Écuyer habite Eastman.

Le prochain scrutin provincial aura lieu le mardi 4 septembre.

Organisations: Parti libéral, Coalition, CAQ ADQ

Lieux géographiques: Québec, Brome-Missisquoi

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Daniel Gagnon, docteur ès lettres, U. de S.
    02 août 2012 - 18:16

    Exit Pierre Reid! Notre député Pierre Reid nous a fait un grand déshonneur. Rappelons le dossier du kidnapping du mont Orford par le gouvernement Charest qui, allant contre la Loi des parcs, a sorti 459 hectares de ce minuscule parc pour favoriser en pleine montagne un développement immobilier monstre (900 condos et 1,300 places de stationnement) par Mont-Orford Inc, dont le principal actionnaire était Paul Gobeil, ancien ministre libéral et bailleur de fonds du parti. Favorisant un climat de confrontation avec la population régionale, le député Pierre Reid a aveuglément appuyé son chef Jean Charest dans son mépris historique à l’égard de sa propre loi des parcs, et par ce fait a même endossé la devise ineffable «Ça passe ou ça casse» d’un autre promoteur de Mont-Orford Inc., André L'Espérance. Comment le député Pierre Reid a-t-il pu endosser une devise aussi violente, à l'image de à la politique brutale et entêtée de son chef Jean Charest, père de l’infâme loi 78 ? Comment penser renouveler le mandat de ce député qui n'a fait que cautionner les manoeuvres souterraines et les dérives éthiques du gouvernement Charest ? Il faut lui montrer la porte.

  • ROLAND CLAIRVOYANT
    01 août 2012 - 11:25

    Une seule chose à dire... " Libérez-nous des Libéraux !!! "