Guillaume Wagner arrive en ville: oreilles sensibles s'abstenir

Patrick
Patrick Trudeau
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Étoile montante du milieu de l'humour québécois, Guillaume Wagner viendra montrer de quel bois il se chauffe lorsqu'on lui confie tout le plancher, à l'occasion de son premier «One Man Show», du 17 au 28 juillet au Vieux Clocher de Magog.

Guillaume Wagner risque de frapper fort avec son premier spectacle solo, présenté du 17 au 28 juillet au Vieux Clocher de Magog.

Le jeune humoriste n'y va pas de main morte avec dix représentations en douze jours. Mais ceux qui suivent sa carrière depuis quelques années savent qu'il ne fait pas dans la dentelle… et qu'il transforme en succès tout ce qu'il touche.

Son humour acide, qui ébranle autant les relations humaines que l'actualité, fait parfois grincer des dents tellement il s'approche de la réalité. Pas pour rien que ce premier spectacle s'intitule «Cinglant». «Le titre annonce bien les couleurs de mon show. Je veux que les spectateurs sachent à quoi s'en tenir. Mes propos sont à la fois honnêtes et corrosifs», lance-t-il sans gêne.

Élu découverte de l'année lors du dernier Gala des Olivier, Guillaume Wagner est aussi un collaborateur assidu de l'émission «Un gars le soir», avec Jean-François Mercier. Ce «nobody», qui n'en est plus vraiment un, y sera associé pour au moins une autre année

Bien qu'on l'aperçoive régulièrement au petit écran, c'est au dernier Festival Juste pour rire, où il a été élu révélation 2011, que sa renommée a grimpé en flèche. «J'avais préparé un numéro sur l'apparence physique, spécialement pour le gala, et je ne comptais pas le reprendre. Mais il y a tellement de gens qui m'abordent en me lançant le fameux «Tcheck mes pipes» que j'ai décidé de l'intégrer dans mon spectacle», explique-t-il.

À quelques jours de sévir à Magog, Guillaume Wagner aborde cette prochaine étape avec fébrilité, même si la commande est importante. Après tout, cette série magogoise se veut un prélude à sa rentrée montréalaise en octobre prochain. «C'est vrai que c'est un gros «step». Mais je suis un humoriste de formation, et la scène, c'est ce que je préfère», conclut-il.

Lieux géographiques: Magog

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires