Le tueur a fait peur aux parlementaires

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Ils se sentaient ciblés par un meurtrier

Un tueur qui m\'énerve!

Les députés au parlement ont eu une peur épouvantable cette semaine.

Une boîte est arrivée par la poste au Parti conservateur au 12e étage du 160 rue Albert à Ottawa mardi midi. Elle contenait un pied humain ensanglanté en décomposition.

Un pied? Macabre, dégueulasse, écœurant.

S'il voulait passer son message, pourquoi cibler le quartier-général politique plutôt que le parlement ou un ministre ou le premier ministre.

Le pied ensanglanté appartenait-il à un organisateur conservateur ou un bailleur de fonds qui n'avait pas livré la marchandise?

Pas un seul conservateur ne manquait à l'appel.

A ce moment-là, les conservateurs ne savaient pas que le monstre avait envoyé une main ensanglanté dans une boîte aux libéraux, qui était toujours dans quel part dans un centre de tri à Ottawa.

C'était seulement quand la police a informé les politiciens que la main et le pied venaient du torse retrouvé dans des vidanges à Montréal que les politiciens ont compris qu'ils n'étaient pas une cible du tueur.

Il s'était simplement servi d'eux comme il s'est servi des journalistes et des médias pour faire sa publicité macabre au tour du monde.

Le plus triste, c'est qu'il a réussi. Et ensuite, il a disparu.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires