La clé d'une victoire péquiste dans Orford réside dans Magog

Vincent
Vincent Cliche
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Si les péquistes désirent s'assurer d'une victoire dans le comté d'Orford (actuellement détenu par le libéral Pierre Reid), ils devront séduire l'électorat magogois, croit le président du Parti québécois de la circonscription, Michel Breton.

Le président du Parti québécois d'Orford, Michel Breton, croit que la clé de la victoire dans sa circonscription est cachée à Magog. (photo: Vincent Cliche)

Lors du dernier scrutin provincial en décembre 2008, le taux de participation s'était élevé à 45 %, ce qui n'est pas très haut, fait remarquer M. Breton. «Le comté comprend également les arrondissements de Rock Forest, Saint-Élie et Deauville, et, ceux-ci, ont voté pour le Parti québécois. Si on était capable de faire sortir le vote péquiste dans Magog, je crois qu'on pourrait arracher la victoire pour la première fois dans le comté.»

Au cours des derniers mois, l'exécutif du PQ d'Orford a dressé une liste de 65 propositions, lesquelles seront présentées lors du congrès estrien du parti, le 15 janvier prochain, au Cégep de Sherbrooke. Celles-ci ont amené les militants à une réflexion en profondeur. «On pense que la prochaine décennie amènera un lot de changements sans précédent dans la gouvernance au Québec. L'un des principaux sera le poids électoral des 18-40 ans, les générations X et Y. Ils voudront un plus grand équilibre intergénérationnel et n'auront pas peur de se mobiliser pour changer les façons de faire politiques. On dit aujourd'hui que ce sont les personnes plus âgées qui détiennent le pouvoir de l'électorat, mais ça changera bien vau cours des dix prochaines années», prédit Michel Breton.

Ce dernier aimerait bien se présenter une fois de plus lors des prochaines élections, qui auront lieu, selon toutes vraisemblances, en 2013. M. Breton avait mordu la poussière lors des scrutins de 2007 et 2008. «Même si la grogne envers le gouvernement Charest atteint un niveau jamais vu, on ne peut pas espérer que ça dure jusqu'aux prochaines élections. Et, si ça perdure, un vote de contestation n'est jamais acquis. On a qu'à penser en 2007 ou les électeurs s'étaient tournés vers l'ADQ. Pour gagner, il faut plutôt leur proposer des idées nouvelles et c'est ce que nous ferons. Nous allons dévoiler notre projet de société lors du congrès national, en avril prochain. Lors de cet événement, je suis sûr que notre chef Pauline Marois obtiendra l'appui des militants. Vu de l'extérieur, ça ne paraît peut-être pas, mais il n'y a jamais eu autant de sérénité au sein du caucus, ces derniers temps.»

Michel Breton, qui est également l'adjoint principal du député fédéral de Brome-Missisquoi, Christian Ouellet, pourrait voir de l'action électorale ce printemps. Le gouvernement Harper pourrait être renversé à la suite du dépôt de son budget. «J'évalue cette probabilité à 90 %», estime-t-il.

Organisations: Parti québécois, ADQ

Lieux géographiques: Magog, Orford, Rock Forest Saint-Élie Deauville Québec Brome-Missisquoi

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Jean Simoneau
    04 janvier 2011 - 16:54

    Je suis bien d'accord. La population en général veut du changement. Une plus grande transparence, plus d'honnêteté dans la gouvernance. Il faut aussi un programme qui ose et qui cherche le bien-être de la majorité et non d'une minorité. Par ailleurs, les gens doivent se rappeler que voter c'est non seulement un droit, mais une responsabilité. Il ne faut pas cacher que l'indépendance est le début de la vraie solution.