Planification stratégique: un engouement à la baisse

Pierre-Olivier
Pierre-Olivier Girard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La première étape de la planification stratégique de la Ville de Magog portant sur les grandes orientations ne s’est pas terminée dans le même vent d’enthousiasme qui avait soufflé lors de son lancement, en mai dernier, alors que plus de 80 personnes avaient pris part à la première consultation publique.

Plus de 80 personnes avaient pris part à la première consultation publique, le 29 mai dernier, au Centre communautaire de Magog. (photo d’archives: Pierre-Olivier Girard)

L’engouement s’est à ce point estompé que la Municipalité a décidé d’annuler la troisième et dernière consultation publique, qui devait avoir lieu le 10 juillet dernier. La seule condition pour sa tenue était de recueillir au préalable au moins 50 inscriptions, ce qui n’a finalement pas été atteint. «Pour être honnête, c’est évident que la population n’a pas répondu autant que j’aurais voulu, admet la mairesse Vicki May Hamm. C’est vraiment dommage, car tout avait pourtant si bien commencé. Peut-être que les gens ont trouvé que cette première étape était davantage du pelletage de nuages ou qu’ils ont passé leur tour simplement parce c’est l’été. Bref, il peut y avoir plusieurs facteurs pour expliquer cette perte d’intérêt.»

Cependant, la première magistrate a bon espoir que cette tendance reprendra la bonne voie cet automne, lorsque la deuxième étape de l’exercice prendra son envol. Celle-ci portera essentiellement sur le choix d’actions concrètes que les élus devront entreprendre, à court, moyen et long termes, pour réaliser le plan stratégique partagé par l’ensemble des citoyens.

«Si je prends l’exemple du transport, c’est un sujet qui suscite beaucoup de discussions actuellement. Donc, lorsqu’on discutera de cet axe lors de la planification stratégique, je suis persuadée que les gens vont répondre en grand nombre, car ils ont des intérêts personnels à y être et à faire valoir leurs opinions. C’est pourquoi je ne suis pas inquiète pour la suite des choses», conclut la mairesse, qui n’a pas voulu s’avancer si d’autres moyens sont nécessaires pour susciter encore plus la participation citoyenne.

Rappelons qu’une vingtaine de personnes étaient présentes à la deuxième consultation publique, le 9 juin dernier, à l’église St-Jean-Bosco.

Organisations: église St-Jean-Bosco

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires