Alcool au volant: rien n’a changé

Pierre-Olivier
Pierre-Olivier Girard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les cas répétitifs et réguliers de conduite avec les facultés affaiblies depuis le début de la saison estivale, à Magog et dans les environs, n’ont rien pour rassurer les policiers de la Régie de police de Memphrémagog en ce début des vacances de la construction.

police

Même s’ils font preuve de vigilance pour s’assurer de retirer les conducteurs fautifs de la route, les policiers semblent dépassés par ce fléau qui continue de mettre en danger la vie d’innocents. L’une des dernières preuves est survenue tout récemment, soit lors du week-end du 15 juillet dernier, lorsque dix personnes ont été arrêtées en état d’ébriété à bord de leur véhicule en l’espace de 48 heures seulement. Un bilan qui n’a pas été annoncé de gaieté de cœur par le sergent-détective, Sylvain Guay.

«C’est vraiment décourageant. Après tous les efforts investis par le gouvernement dans des publicités percutantes et par notre corps policier pour sensibiliser la population, il y a encore du monde qui mettent leur vie en danger et celle des autres. Il faut que les gens prennent leurs responsabilités, surtout en 2012. Pourtant, ce n’est pas les exemples de tragédie routière impliquant l’alcool qui manquent au Québec», soutient le porte-parole de la Régie.

Ce qui est encore plus alarmant, c’est que ces arrestations se déroulent à tout moment de la journée et concernent des citoyens de tous les profils. «On intercepte des gens le jour, le soir et la nuit, autant la semaine que les week-ends. Des hommes et des femmes âgés de 18 à 80 ans, autant des récidivistes que des conducteurs qui en sont à leur première infraction. Il n’y a pas une génération plus fautive qu’une autre et c’est ce qui rend ce problème encore plus complexe et surtout, inquiétant.»

Le sergent Guay ne croit pas non plus que les employés des établissements servant de l’alcool, par exemple, ont un rôle important à jouer pour mettre un frein à cette problématique. «Mis à part de ne plus servir une personne qui est complètement ivre, ce ne sont pas aux serveurs de surveiller les clients pour voir s’ils quittent avec leur voiture. Ils ont bien d’autres choses à s’occuper. Il y a une fois qu’un employé nous a appelés pour un cas extrême, lorsqu’il a aperçu une mère ivre qui s’apprêtait à prendre son véhicule avec ses enfants. On a pu procéder à son arrestation, elle qui a soufflé quatre fois le taux permis.»

Organisations: Régie

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires